Membres de l'AFCCRE, JOURNALISTES ?

Inscrivez vous et accédez à des ressources, des services en ligne et des actualités dédiées.

Association Française du Conseil des Communes et Régions d'Europe

Newsletter

se désinscrire


Retour

Avant New-York, les collectivités territoriales se réunissent pour préparer la reconstruction d’Haïti – Conférence Internationale des Villes et Régions du Monde pour Haïti – Fort de France, 23 mars 2010

 

Plus de 250 participants du monde entier, pour l’essentiel élus ou agents de collectivités territoriales, se sont réunis le 23 mars 2010 à Fort de France, à la Martinique, pour la Conférence internationale des villes et régions du monde pour Haïti.

A cette occasion, M. Daniel GROSCOLAS, Président de la Commission "Europe, coopération et Développement" de l’AFCCRE, et Vice-président de la Communauté d’Agglomération de La Rochelle, qui entretient, depuis plusieurs années déjà, des relations privilégiées de coopération avec la ville de Port-au-Prince, était présent.

Cette journée, organisée par le gouvernement français, visait à préparer la conférence des donateurs qui se tiendra le 31 mars à New-York. Mme Marie-Luce PENCHARD, Ministre de l’Outre-Mer, M. Alain JOYANDET, Secrétaire d’Etat à la Coopération et à la Francophonie et M. Paul-Antoine BIEN AIME, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales de la République d’Haïti ont insisté sur la nécessité d’une décentralisation qui se ferait avec l’Etat et non contre lui. La coopération décentralisée doit selon eux constituer un outil majeur dans la reconstruction du pays.

Les maires haïtiens, au premier rang desquels Mme Claire-Lydie PARENT, Maire de Pétion-Ville, ont affirmé que les collectivités haïtiennes devaient être reconnues comme des acteurs majeurs de la reconstruction.

En session plénière, les élus de la communauté internationale ont souligné leur capacité à assister les collectivités haïtiennes sur le plan technique et par l’aide au projet ; cette assistance ne doit cependant pas se substituer aux aides internationales, ni à la perception par les collectivités haïtiennes de ressources fiscales propres.

Les travaux des cinq ateliers ont permis de formuler des recommandations afin de rendre effective l’implication des autorités locales haïtiennes, dans les domaines du développement urbain et de l’aménagement du territoire, des ressources humaines, des finances publiques, du développement économique local, de la mutualisation et de la coordination.

M. Gérald TREMBLAY, Maire de Montréal et Vice-président de CGLU a porté les propositions des villes et des régions à New-York : il a particulièrement insisté sur l’importance d’une réelle décentralisation et d’une déconcentration du pouvoir. Pour cela, des financements spécifiques doivent être dirigés vers les collectivités haïtiennes, qui doivent pouvoir agir dans de multiples domaines. Il a également annoncé la mise en place d’une plateforme de coopération décentralisée, à l’initiative de CGLU. Le caractère prioritaire de la décentralisation semble avoir été compris à New-York, puisque le projet de reconstruction prévoit dors-et-déjà le développement de pôles urbains hors de Port-au-Prince.